up
22 janvier 2022

Le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes et l’IMSEE publient la troisième étude portant sur les violences faites aux femmes à Monaco.

Cette publication présente les principales données disponibles durant l’année 2021 et dresse un état des lieux des violences selon différents indicateurs mesurables.

Les informations ont été récoltées et analysées par l’IMSEE (Institut Monégasque de la Statistique et des Etudes Economiques) auprès des différentes sources référentes en Principauté : Direction de la Sûreté publique, Direction des Services judiciaires, Centre Hospitalier Princesse Grace, Direction de l’Action et de l’Aide Sociales (DASO), Association d’Aide aux Victimes d’Infractions pénales (AVIP).

L’étude met en avant les chiffres suivants :

  • Selon les services de police, 23 faits de violences ont été commis contre des femmes sur le territoire monégasque en 2021 contre 39 en 2020. Dans 60% des cas, il s’agit de violences physiques.
  • 38 procédures ont été ouvertes par la Justice (contre 50 en 2020) dont 11 pour des faits commis en 2021. 2 condamnations ont été prononcées et 2 affaires ont été classées sans suite.
  • Par ailleurs, 41 femmes admises au CHPG ont déclaré avoir subi des violences contre 53 en 2020 dont 44% pour des violences physiques.
  • Enfin, l’AVIP a reçu 36 femmes victimes de violences (contre 42 en 2020) et la DASO a recensé 13 cas de violences sur l’année 2021.

Ces chiffres sont des indications pertinentes mais qu’il convient tout de même de remettre en perspective, comme le précise Alexandre Bubbio, Directeur de l’IMSEE : « Une même femme victime peut avoir été comptabilisée plusieurs fois, par exemple si elle a déclaré plus d’un cas de violence dans l’année ou si elle s’est présentée à différents services comptabilisant les faits de violence » et d’ajouter que « Les résultats présentés ne doivent pas être additionnés et s’entendent entité par entité ».

Pour Céline Cottalorda, Déléguée interministérielle pour les droits des femmes, « Cette étude permet de suivre l’évolution dans le temps des violences commises envers les femmes à Monaco. On observe une baisse quasi générale des faits de violences déclarés en 2021 auprès de chaque entité. Cette baisse pourrait en partie s’expliquer par la poursuite de la crise sanitaire qui impacte toujours les déplacements et la vie de la population. Le Comité rappelle que les violences faites aux femmes restent un combat de tous les instants car elle peut s’installer insidieusement dans un foyer. C’est d’ailleurs l’objet de la dernière campagne de sensibilisation que nous avons diffusée en novembre ».